Les Sitemaps de WordPress, une vraie aide pour Google mais pour votre SEO, est-ce bien le cas ?

WordPress 5.5 est sorti en Août 2020, et intègre nativement la génération de fichiers Sitemaps XML, ainsi que son ajout dans le fichier robots.txt par défaut de WordPress.

Mais pourquoi ? Et est-ce que cela peut-il venir vous nuire ? Réponse dans cet article. 🙂

Un vrai plus pour Google

A vrai dire, l’idée avait été émise depuis de longs mois, et de nombreux bénévoles de la communauté ont donc développé cette fonctionnalité. Tout d’abord sous la forme d’une extension puis intégrée directement dans le cœur de WordPress. Le Lead Développeur de la fonctionnalité, Pascal Birchler, est également employé par Google.

Sur le fond, c’est une bonne chose : on ajoute une fonctionnalité liée au référencement naturel à tous les futurs sites WordPress, ainsi qu’à ceux qui feront la mise à jour. Et les moteurs de recherche dans leur ensemble se frottent les mains car on leur sert sur un plateau la liste intégrale des URL de tous les sites WordPress. Pour rappel, le CMS représente maintenant 38% du web mondial, comme le montre les statistiques mises à jour ici.

Dernièrement, Google a justement rencontré des bugs fréquents sur son index et sur les résultats qu’il pouvait présenter à l’internaute. En août 2020 par exemple, de nombreuses requêtes affichaient des résultats incohérents pendant plusieurs heures. Quelques mois plus tôt, c’est les équipes de Google News qui excluaient des sections entières de sites d’actualités, par erreur. Et des exemples comme cela se multiplient…

Et la raison à cela est simple : la quantité de contenus qui est créé et mise à jour sur le web ne fait que croître de plus en plus vite, rendant ainsi difficile pour n’importe quel moteur de recherche de crawler et d’indexer ces contenus en temps réel. Si on lui facilite ce travail, c’est donc une très bonne chose.

Le protocole sitemap étant relativement simple, WordPress n’a pas eu de problématique spécifique pour les intégrer nativement (surtout que les extensions SEO le faisaient déjà depuis longtemps). Mais ce qui est étrange cependant, c’est que certes, la fonctionnalité des Sitemaps peut servir en SEO, mais il serait bien plus utile de s’atteler à pouvoir gérer nativement ne serait-ce que la balise Title, la méta description ou encore le noindex d’un contenu sur un site WordPress.

Les risques

Le problème vient surtout d’un point clé : la fonctionnalité des sitemaps natifs WordPress est bancale car il n’existe aucune interface pour l’utilisateur. Impossible donc de désactiver ces Sitemaps, ni de les modifier facilement. En d’autres termes, tout ce que votre WordPress peut générer va se retrouver dedans, à savoir :

  • Des contenus privés (par exemple la page « Mon Compte » si vous avez WooCommerce ou encore la page « Merci » qui n’était censée être visible qu’après avoir soumis un formulaire) ;
  • Des types de contenus et des taxonomies qui ne devaient à la base servir qu’en back office (et qu’un développeur a malheureusement déclaré comme « public »).

Certes, WordPress va créer un fichier sitemap pour vous, mais vous risquez donc de nuire à votre SEO, car Google perdra du temps à crawler et indexer des contenus pauvres et peu pertinents. Pire encore, vous risquez de donner à vos concurrents un accès à certains contenus qu’ils n’auraient pas dû voir.

Que faire ?

Laisser faire son extension SEO

Si vous avez une extension de référencement naturel sérieuse, vous n’aurez pas grand-chose à faire. Elles ont déjà pris en compte ce changement et elles vont désactiver ces Sitemaps natifs pour les remplacer par le leur (à condition qu’elles soient à jour elles-aussi).

Cela concerne donc Yoast SEO, mais aussi RankMath, All In One SEO, SEOPress, The SEO Framework et les autres.

Désactiver les Sitemaps

Si vous n’avez pas d’extension SEO, ou si vous avez un doute sur celle que vous utilisez, la solution la plus simple est d’installer l’extension créée par SeoMix pour cela : SeoMix Disable Core Sitemaps.

Sans extension, vous pouvez aussi directement utiliser du code pour cela (à placer dans une extension à vous, dans un mu-plugin ou dans le fichier functions.php de votre thème) :

add_filter(   ‘wp_sitemaps_enabled’, ‘__return_false’ );

Aller plus loin ?

Vous pouvez aussi faire l’inverse : les conserver mais les personnaliser. Les développeurs de cette fonctionnalité ont ainsi mis en place un certain nombre de hooks, c’est-à-dire des « portes d’entrées » permettant de modifier tout ou partie du code généré nativement par WordPress. Ainsi, avec les fonctions PHP adéquates, on peut :

  • Désactiver certains Sitemaps (par exemple avec le hook wp_sitemaps_post_types);
  • Supprimer ou ajouter des items précis (avec notamment le hook wp_sitemaps_posts_query_args) ;
  • Créer son propre Sitemap avec la fonction wp_register_sitemap_provider.

Des exemples et des explications sont disponibles dans ce guide sur les Sitemaps XML de WordPress. Attention cependant, quelle que soit la solution retenue, cela ne soumettra pas directement votre fichier Sitemap à Google. C’est à vous de le faire manuellement via votre Search Console disponible à cette adresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *